Arc-Bois-Chasse

Accueil

 

 



            

 

 

 Les armes de chasse de la préhistoire  sont souvent découvertes de façon fortuite lors de fouilles archéologiques. Les premiers propulseurs sont découverts en Europe à la fin du 19e siècle et attestés comme tels par les  ethnologues de l’époque comme De Mortillet en 1897 qui met en évidence des similitudes avec les propulseurs Australiens (Lansac 2004).

Les pointes en silex où ce qui semble être  des armatures de projectiles, dont la fonction semble flagrante n’est pourtant pas suffisant pour déterminé la manière dont elles sont propulsées.

Le plus vieux propulseur retrouvé date du Solutréen, il y a vingt mille ans environ. Son utilisation perdurera jusqu’au Magdalénien, il y a 12500 ans. Il est à noter que très peu de matière végétale de ces époques glaciaires a été  retrouvée  mais un doute subsiste sur l’utilisation éventuelle de l’arc parallèlement à celle du  propulseur.

 Au regard des armatures comme les pointes à cran du solutréen, les pointes de la Gravette ou  Solutréennes,  contemporaines du Paléolithique supérieur,  pourraient très bien être des pointes de flèches (Cattelain 2004). Il est donc possible que l’arc soit beaucoup plus ancien qu’il n’y parait.

 

  
 

 Cette problématique gravite autour de la chasse, du gibier disponible et convoité, et, surtout, des essences végétales disponibles pendant les périodes de réchauffement et les récurrences froides du paléolithique supérieur. On serait à même d’imaginer que selon les conditions climatiques et la disponibilité du bois, ces deux paramètres seraient déterminants sur le choix de l’arme à fabriquer, un arc et des flèches ou un propulseur et une sagaie, ces deux armes tuant aussi bien un bison d’une tonne qu’un faisan d’un kilo, mais cette utilisation alternative n’est qu’une hypothèse...

 

 Ci-dessous: flèches composites églantier/cornouiller, pointes d'inspiration neolithique. 


 

 

 

       L’arc et la flèche  sont connus depuis dix ou vingt mille ans en Europe, peut être plus, ( plus de 100 000 ans en Afrique) et sont les reflets de cultures traditionnelles de chasseurs- cueilleurs  démontrant souvent des connaissances et un savoir faire exceptionnels.

 

 

 

        Il existe plusieurs techniques de fabrication d’arcs et de flèches, prenant en compte les paramètres suivants : la disponibilité des essences utilisées, le diamètre de l’arbre ou de la branche à refendre, l’utilisation pour lequel ils sont destinés, et de fait, l’approche sera différente.

 

 

ci-dessus: flèche composite églantier (hampe principale)/robinier(avant fût).

 

 


  • STAGES DE FABRICATION.

 

Faire un stage de fabrication est sans doute le meilleur moyen d'appréhender les principes mécaniques du bois qui sont à la base de l'archerie traditionnelle.


 

Pour ces stages qui se déroulent sur 2 jours, les bois d'arc sont fournis, sous forme d' ébauches d'arcs en frène qui seront transformées, équilibrées et utilisables le dernier jour en fin d'aprés midi.

 

 

Les outils comme la plane, la racle, la rape et le papier abrasif sont également fournis .

 

Des établis portatifs peuvent vous être demandés selon le nombre de stagiaires.

 

 

             

  • Parcours de tir à l'arc sur cible 3D.


Cette activité viens de se créer dans un cadre associatif regroupant des passionnés d'archerie.

Ce sport est ouvert à tous, pour les débutants comme pour les archers confirmés.

Pour plus de renseignements, contactez moi sur ce site.

 


 



    

  •          Christophe Escudier est archer depuis...longtemps. Il a travaillé pour une association de recherche et de documentation archéologique (ARDA) au début des années 1990. L'idée de recréer des armes de la préhistoire s'est manifestée lors de prospection et de découverte de pointes chasséennes (pointes de flèches en silex du néolithique).

Les premières recherches sur le cornouiller, l'églantier et le roseau phragmite seront utilisées à la chasse dés la fin des années 1990.   Il est également président de l'amicale des chasseurs à l'arc des alpes de haute Provence (ACAAHP) de 1998 à 2010.

 

En 2001, lors d'un voyage de chasse au cerf au wisconsin (USA), un chasseur et collectionneur de renom lui prête d'authentiques flèches Kiowas et 12 pointes en métal du 19e siècle dans le but de recréer des copies conformes. un travail à sa mesure...

 

 

Aprés avoir fabriqué un bon nombre d'arcs et de flèches, il communique sa passion lors de manifestations ou de stages de fabrication.